Les jouets sont recyclés

Chez Rejoué, les jouets trouvent une deuxième vie: triés, nettoyés, les pièces de l’un peuvent compléter un autre: et le tour est joué! De beaux jouets solidaires, et moins de déchets inutiles. Continue Reading →

Réparons & Re-Parons Noël

Nous sommes le 1er décembre! 24 jours pour créer en famille et avec les amis afin d’éviter la course à l’hyperconsommation qui nous rend si malheureux tous les ans ; )

Ci-dessous je vous fais part des 5 idées des 5 blogueurs pour lesquels j’ai eu un coup de coeur sur Réparons et Re-Parons Noël (késako?) Allez-y découvrir les vôtres!

Les idées végétales que Mary Verte nous a fait découvrir

Les recettes détaillées d’ Ecolo Woman, dont ces sels parfumés pour le bain,très simples à faire.

Les idées décoration et pour emballer de Clémentine la Mandarine

(Re)Découvrez – Réparons & Re-Parons Noël et les sites des blogueurs qui diffusent de bonnes idées!

Pas peu fière de cette initiative que j’ai instiguée et du bonheur qu’il permet de partager et que les lecteurs partagent avec nous. : )

Des pieds de géants

Pour un anniversaire d’un petit de 4 ans, voici une idée que j’ai trouvée sur pinterest que j’ai beaucoup aimée:

Quand les petits arriveront, ils mettront leurs pieds de géant fait tout simplement en carton et dessinés au marqueur. On leur nouera les lacets avec du ruban gardés au fil du temps de boîtes de chocolat ou de vêtements hors d’usage.

Et voilà qu’ils s’amuseront et ne pourront pas courir dans la maison ; )

nb: on a mis le nom de chacun en amont, pour ne pas qu’il y ait de chamaillage autour de la choix des couleurs ;)

C’est parti !


Bienvenue à Réparons & Re-Parons Noël

De joyeux lutins blogueurs s’engagent à réparer Noël en le re-parant de belles idées de « récup » simples, économes, amusantes, à faire en famille, pour embellir Noël, et remplir votre maison de bonheur et de rires.

Découvrez les premières idées et créations récup partagées ci-dessous par Clémentine la Mandarine, Monsieur Récup’ (Guillaume), Talalilala (Marie) et Ripe Green ideas (Shabnam).

Commentez, proposez, participez, diffusez, pour récupérer Noël!

Il existe aussi une version en anglais de ce projet : Repurpose X-Mas

et/ou inscrivez-vous à la newsletter ou FB ou le flux rss.

Les boîtes de couches…une idée récup


Une idée de Positively Spendid pour réutiliser les boîtes de couches (tutorial dispo sur son site). Dommage qu’il n’y ait personne dans mon immeuble qui ait un bébé!

An idea to reuse pampers boxes and transform them into storage boxes. Positively Spendid shares here tutorial on her website.

Une femme pleine de bonne idées: Grenouille Citadine

Grenouille Citadine est son avatar. Elle est parisienne, dans le monde des médias, mère et pleine d’idées et astuces originales…à découvrir. Elle témoigne par la pratique: donc c’est du vrai…ce qui n’est pas le cas de plusieurs sites « verts »…

Mes découvertes d’aujourd’hui (j’ai du retard dans ma veille de Ripe Green Ideas ; )

Créations pâte à sel fait maison très réussies, toutes les instructions à la clé ici.

Son expérience AMAP, un authentique témoignage à lire.

et ses astuces pour parler d’environnement à sa fille, dont un clin d’oeil à Barbapapa (j’offre les livres ou le dvd ) tous les petits, car c’était via ce biais que j’ai compris à la fin des années 70 l’importance de notre environnement pour vivre.

Photos: Grenouille Citadine

Great teaching


John Hunter is brilliant! I wish all students had such an experience.

Don’t trash toys, make toys from trash

Une très belle leçon pour faire vivre notre imagination.

Enjoy Arvind’s talk on how to make toys from what you usually discard.

Masque pour carnaval : simple et peu cher

Une belle idée trouvée dans les archives de Recyclage et cie pour vous amuser en famille pour le mardi gras ou à un autre moment.

Pour penser avec les enfants

Pour Penser à l’Endroit est une maison d’édition à découvrir! Une démarche bien à elle sur le fond comme la forme, de près comme de loin.

.

La maison d’édition fut créée en 2002 par un désir de transmettre du sens.

Aline de Pétigny écrit pour les enfants depuis le milieu des années 80. Editée notamment chez Fleurus ou Hemma, avec une trentaine de titres à son actif, elle décide en 1999 d’éditer elle-même un livre qui lui tient à cœur mais qu’elle ne parvient à publier : « La princesse et la bergère », un conte sur la notion de bonheur, la différence entre être et avoir, l’écoute et l’attention à l’autre.

Le premier mille se vend en quelques mois et Aline, qui aime écouter son intuition, en publie un second, « Tout est possible », l’histoire d’une petite fille qui apprend à devenir une fée. Un prétexte pour aborder l’importance du souhait, de l’intention première.

En 2002, Aline crée avec son joyeux frère, Albert sortant d’une dizaine d’années passées dans le tourbillon de la «nouvelle économie », la Maison d’Edition Pour Penser.

.

Leur parti pris éditorial

« Nous avons pris la voie du questionnement par pure intuition, et nous ne le regrettons pas ! ». Une diversité d’auteurs et de dessinateurs s’offre aux lecteurs avec une originalité et des messages que l’on trouve rarement ailleurs. Un voyage riche qui va au-delà du simple histoire pour enfant.

Seul point commun entre toute cette diversité de livres: la choix de la forme – pour un moindre impact.

Les livres qui parlent d’écologie, de moralité, alors qu’ils sont imprimés en grand format très loin sans aucun questionnement sur son impact, c’est incohérent, n’est-ce pas?

.

Small is beautiful!

Depuis ses débuts, Pour Penser a sa démarche pour limiter son impact:

  • Ses livres sont conçus pour avoir une faible empreinte écologique ce qui explique leur petite taille et leur couverture souple (pas de cartonnage, poids réduit),
  • Aucun livre ne va au pilon, car les tirages son faits en fonction des ventes attendues et non de la mise en place (ce n’est pas du tout la norme dans ce secteur: « En France, journalistes et spécialistes considèrent qu’entre 100 et 110 millions de livres sont détruits tous les ans. Si l’on en croit ces chiffres, l’augmentation des livres pilonnés est exponentielle car en 1982, 20 millions de livres étaient détruits » (source: Jeune Journaliste).

  • Pour Penser imprime sur papiers labellisés ou recyclés, les encres sont sur bases végétales (mais il est impossible pour eux de savoir s’il y a des OGM ou non dans ces encres),
  • Cette maison travaille avec des imprimeurs imprim’vert certifiés ou en cours de certification ISO 14001 et proches des lieux de stockage ou de livraison (-200km).
  • Pour optimiser les tirages, les espaces libres sont utilisés pour faire des marques-pages, partager des informations, etc.
  • Les premières feuilles imprimées présentant quelques défauts (appelées feuilles de passes ou macules) sont proposées à des créatrices, utilisées pour faire des pochettes, comme papier cadeau, et sinon en dernier recours recyclées.

Albert de Pétigny écrit « plus nous ouvrons nos yeux, plus nous nous rendons compte du travail qu’il y a encore à faire autour d’une réflexion sur l’empreinte environnementale et sociale de notre métier d’éditeur de livres et de jeux. » (source).

.

Le Collectif des éditeurs écolo-compatibles

C’est pourquoi il a lancé avec des confrères en mars 2010 le collectif « Les éditeurs écolo compatibles ».

« L’idée n’est pas de s’auto-proclamer “éditeurs 100% éco-responsables, et sans reproches”, mais de se regrouper afin :

  • d’échanger sur nos pratiques,
  • de proposer au public des approches conceptuelles et pratiques de l’écologie, de l’environnement, d’une autre économie et d’un autre modèle de société, novatrices et indépendantes des lobbies économiques ou financiers,
  • d’apporter des regards d’entrepreneurs indépendants sur un monde de l’édition dominé par des groupes financiers,
  • de proposer des pistes de réflexion et d’action à des confrères et consœurs peut-être moins plongés dans les questions environnementales et sociales que nous pouvons l’être nous-mêmes de par nos choix éditoriaux.

Nous souhaitons par ailleurs amener les lecteurs à prendre conscience qu’en achetant un livre, ils soutiennent un auteur et une maison d’édition. En cela, ils contribuent à la préservation de la biodiversité culturelle face au rouleau compresseur de la globalisation. Alors que les règles élémentaires du marketing et de la publicité prônent l’achat d’impulsion, nous souhaitons inciter les lecteurs à se poser trois questions simples lorsqu’ils achètent un livre :

  • pourquoi ai-je ce livre entre les mains ?
  • d’où vient ce livre ?
  • que va m’apporter ce livre ? »

.

Il ne vous reste plus qu’à découvrir leurs livres et les faire partager!

Article publié en premier lieu sur Sens & Utilité en Vrac, mon blog sur l’Express. J’y blogue à titre gratuit